Les limaces et le ver pulmonaire

Comment identifier le ver pulmonaire ?

Les infections par le ver pulmonaire peuvent provoquer de nombreux symptômes pouvant être facilement confondus avec d’autres maladies.

Heureusement, un échantillon de selles peut toujours confirmer un cas suspect. Le vétérinaire peut effectuer cette analyse lui-même ou la faire faire pour déterminer si votre chat est contaminé par ce parasite qu’est le ver du poumon

Un grand nombre de symptômes sont possibles, allant de l’absence totale de symptômes à des problèmes pulmonaires très graves, voire le décès.

On observe généralement des problèmes respiratoires tels que toux, éternuements, écoulement nasal. Un manque d’appétit et de la fièvre sont possibles également. La gravité des symptômes dépend de l’état général du chat : les chats atteints du sida ou de leucémie, par exemple, sont plus gravement malades.

Si votre chat présente un ou plusieurs des symptômes ci-dessous, prenez immédiatement contact avec un vétérinaire.

-          Toux

-          Éternuements

-          Écoulement nasal

-          Respiration sifflante

-          Respiration plus rapide

-          Respiration difficile

-          Fièvre

-          Peu d’appétit

-          Somnolence

Qu’est-ce que le ver pulmonaire ?

Le ver pulmonaire (Aelurostrongylus abstrusus) est un parasite pouvant provoquer de graves problèmes de santé chez votre chat, et même être mortel s’il n’est pas diagnostiqué à temps.

Les vers pulmonaire adultes vivent dans les extrémités des bronches, les bronchioles et les alvéoles. Ils sont allongés et ronds, et peuvent atteindre 1,2 cm de longueur.

Ils pondent des œufs dans les bronchioles et les alvéoles ; lorsque les larves éclosent, elles grimpent le long des bronches et sont expectorées par le chat. La présence de vers adultes, d’œufs et de larves dans les poumons provoque des lésions et des infections.

C’est pourquoi on les appelle vers pulmonaire. Les larves sont finalement éliminées avec les selles, mais elles sont trop petites pour être visibles à l’œil nu.

Les larves des vers pulmonaires contaminent l’escargot ou la limace qui mange les selles, mais elles peuvent également pénétrer activement dans le pied de l’escargot ou de la limace1.

Tous les chats peuvent être infectés, indépendamment de leur sexe, de leur race ou de leur âge, mais les jeunes chats semblent plus susceptibles d’attraper le parasite. On pense que c’est dû au fait que les jeunes chats sont plus curieux et chassent davantage. Les animaux qui mangent des limaces et des escargots, comme les souris, les oiseaux et les grenouilles, peuvent à leur tour transmettre l’infection au chat si celui-ci les chasse.

Les chats développent une immunité contre cette maladie, mais il n’est pas certain qu’elle soit suffisante pour éviter une nouvelle infection. On ne sait pas non plus combien de temps dure cette immunité, il est donc possible que les chats puissent être réinfectés2.

Il existe également d’autres espèces de vers pulmonaire (Troglostrongylus brevior, Capillaria aerophila) pouvant infecter votre chat. Si vous vous inquiétez pour votre chat, il est préférable de demander conseil à votre vétérinaire.

Votre vétérinaire connaît les antécédents de votre chat, il peut l’examiner et faire faire des analyses pour dépister le ver pulmonaire.

Les chiens aussi peuvent être contaminés par le ver pulmonaire par l’intermédiaire des escargots et des limaces, mais ce n’est pas le même ver du poumon que chez les chats. Chez les chiens, ce ver du poumon s’appelle Angiostrongylus vasorum.

Si vous pensez que votre chien présente des symptômes similaires à ceux décrits pour le chat (toux, problèmes respiratoires, mais parfois aussi saignements et troubles nerveux), prenez contact le plus rapidement possible avec votre vétérinaire.

Pour autant que l’on sache, le ver pulmonaire (Aelurostrongylus abstrusus) n’infecte pas l’être humain. Les chats et les chiens peuvent toutefois être porteurs de vers ronds pouvant transmettre des maladies aux humains. Suivez donc scrupuleusement les mesures de lutte contre les parasites de votre animal de compagnie.

Vous trouverez plus d’informations sur les vers ronds et autres parasites sur le site internet www.happypets.bayer.be

Si les informations ci-dessus vous inquiètent, ou si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à prendre contact avec votre vétérinaire.

1Pennisi M.G. et al. (2015) Lungworm disease in cats - ABCD guidelines on prevention and management, Journal of Feline Medicine and Surgery, 17:626-636

2Hamilton J.M. et al. (1968) Studies on re-infestation of the cat with Aelurostrongylus abstrusus. Journal of Comparative Pathology, 78:69-72

Cycle de vie

 

  1. Les larves infectieuses L3 sont ingérées oralement et migrent via le foie, le sang, les vaisseaux lymphatiques et le cœur droit vers les poumons, où ils se développent en vers adultes.
  2. Les vers adultes se retrouvent dans les bronchioles et les alvéoles. Les vers y déposent des œufs ; une fois écloses, les larves L1 grimpent vers la trachée, après quoi elles sont expectorées et à nouveau ingérées.
  3. Ces larves L1 sont excrétées dans l’environnement par les déjections.
  4. Les différentes espèces d’escargots et de limaces disséminent les larves par contact avec les excréments et présentent donc une menace potentielle pour les chats curieux.
  5. Les grenouilles, les rongeurs et les oiseaux peuvent manger des escargots contaminés et être à leur tour source de contamination pour le chat.

Le développement du ver dans le chat est lent et dure un à deux mois environ. Ainsi par exemple, un chat qui mange une limace contaminée en juin ne commencera à présenter des symptômes qu’au mois d’août.

cycle de vie

Film